en | fr

formation CAFERUIS et développement durable

 
Besançon, France

Introduction de la thématique développement durable dans l'enseignement Management proposé dans la formation CAFERUIS adressée aux cadres intermédiaires des établissements sociaux et médico-sociauxPartenariats avec différentes associations militantes engagées dans le développement durable, accompagnement de ces futurs cadres à cet outil de management associant les personnes accueillies dans leurs établissementsLA RESPONSABILITE SOCIETALE L’E [...] see all in the description tab »

Indicators: 07. Encouraging participatory culture, active citizenship and volunteering   10. Reduce, Reuse, Recycle the material used in your activity   14. Management of the impact on ecosystems and biodiversity   15. Responsible management of waste   26. Promoting social and green economy  

Tools: ISO 26000 - Norme internationale relative à la Responsabilité Sociétale  

In order to see the news, please create an account.

Introduction de la thématique développement durable dans l'enseignement Management proposé dans la formation CAFERUIS adressée aux cadres intermédiaires des établissements sociaux et médico-sociaux

Partenariats avec différentes associations militantes engagées dans le développement durable, accompagnement de ces futurs cadres à cet outil de management associant les personnes accueillies dans leurs établissements

LA RESPONSABILITE SOCIETALE L’EXEMPLE DU CAFERUIS A L’IRTS 

Depuis deux ans maintenant, la filière du CAFERUIS s’est engagée dans une démarche valorisant les préceptes du Développement Durable et à ce titre, répond aux valeurs de la Responsabilité Sociétale.

Depuis 2004 en France, la formation du CAFERUIS est adressée aux (futurs ou en activité) cadres intermédiaires des établissements sociaux et médico-sociaux et sanctionne un diplôme de manager. Son référentiel laisse une large place à la gouvernance.

Aux regards des grandes questions climatiques et menaces sur notre biodiversité secouant la planète et ses habitants (humain et non humain), le souci de considérer les questions de bonne gouvernance au prisme du développement durable s’impose comme nécessité dans l’enseignement du management. Dans ce contexte et cette perspective, il nous appartient de soigner l’accompagnement des futurs cadres diplômés dans cette démarche en y associant les usagers accueillis dans leurs établissements et leurs structures. (En généralisant l’organisation des agendas 21 et des plans de développement durable, à l’échelle des établissements sociaux et médico-sociaux et toutes autres structures à vocation sociale et socio-culturelle).

Conforme à la fois aux principes de bonne gouvernance et de développement durable qui constituent les objectifs de l’engagement sociétal, le parcours de formation du CAFERUIS réserve deux temps privilégiés destinés et impliquant les stagiaires sur un mode d’enseignement actif.

Inscrites précisément dans un module consacré au management, se distinguant par des objectifs opérationnels spécifiques, les actions de formation s’attachent à valoriser une démarche globalisante encourageant à tous les niveaux d’interventions, les interactions entre les acteurs concernés (usagers, partenariats, professionnels, équipe de direction, pilotage de projet).

Réalisés avec l’appui et l’accompagnement de partenaires experts dans les domaines d’interventions visés (Commune, Université, Associations d’Utilité Publique), ces deux actions de formation privilégient l’enseignement sur le terrain quotidien de l’action sociale et médico-sociale où se tissent et retissent les enjeux stratégiques à l’échelle territoriale.

Notre sortie à l’IME de Montfort, implanté sur un site environnemental remarquable à la disposition pédagogique des éducateurs, nous a permis de nous interroger sur les manières de manager en y intégrant la biodiversité dans ses  nombreux aspects. A partir de ce patrimoine particulièrement riche (site Natura 2000), et d’exemples concrets (mise en place de refuge LPO, production en autosuffisance alimentaire basée sur les méthodes de jardinage respectueux de l’environnement, entretien des espaces verts sans complément d’intrant chimique), il nous a été permis de revoir et de redéfinir le rôle et le poids du cadre intermédiaire dans la protection, la gestion durable et l’usage professionnel de cette biodiversité, pour in fine, élargir l’horizon sur les nécessités de réfléchir à notre empreinte écologique et nos pratiques éco-responsables au travail.

Sur un autre versant pédagogique, l’ascension des hauteurs du Rosemont, l’une des 7 collines entourant la ville de Besançon, contribue à « s’élever, prendre de la hauteur et de la distance nécessaire à la définition d’un bon diagnostic ». En s’appuyant sur les stratégies d’acteurs, les conflits d’usages et les interactions sociales générés entre groupes humains, entre humains et non humains sur un espace (colline du Rosemont) à vocation de loisirs géré par la Commune de Besançon (vergers collaboratifs et participatifs, vignes de propriété communale, site d’observation et de recherche scientifique, propriété d’usage privé, éducation scolaire à l’environnement, randonnée dominicale, organisations sportives, etc...) ; il nous a été permis de proposer à destination des étudiants, lecture décalée et interprétation théorique du paysage et du territoire, de sa complexité et ses entremêlements au fil des temps (des plis et reliefs géologiques aux enjeux complexes et territoriaux humains et urbains). 

Modestement, et à notre échelle, la volonté consiste bien à développer la combinaison entre méthodologie de projet basés sur la co-construction, et éthique de la responsabilité environnementale à l’image de la proposition théorique de Michel Foudriat qui considère : « L’évolution des textes relatifs aux agendas 21 locaux illustre le processus de substitution de la notion de diagnostic partagé par celle de co- construction. En 1992, l’article 28 de la conférence qui définit la démarche de leur élaboration précise seulement que celle-ci est volontaire et repose sur « un diagnostic spécialisé et partagé». Cet article évoque «la participation et la coopération des collectivités » et la « consultation de la population ». Lors de ce sommet, « les collectivités territoriales sont invitées, en s’appuyant sur les partenaires locaux que sont les entreprises, les habitants et les associations, à mettre en place un Agenda 21 à leur échelle, appelé Agenda 21 local » (Michel Foudriat : « La co-construction, une alternative managériale », Presses de l’EHESP, 2016, page 67).

Au delà de la sensibilisation des stagiaires aux impératifs éco-sociétaux à venir, l’ambition et le projet valorisent et encouragent les nouvelles modalités de gouvernance intégrant ses méthodes de co-construction à l’exemple des agenda 21 en les généralisant à l’échelle des établissements sociaux et médico-sociaux et autres structures à vocation sociale et culturelle.

Code Sociétal : l’exemple du CAFERUIS à L’IRTS FC                         Dominique Grandgeorge, Responsable pédagogique de la formation CAFERUIS, Novembre 2016 



Print

Isabelle SAUVAGE-CLERC

Besançon, France